Correspondant aux pages quatre pour le français, six pour l'anglais et huit pour l'allemand, voici un extrait du journal d'Haurel Gaudot nous décrivant ses moments d'angoisse sous l'emprise paramoléculaire.